Alors en réalité cet essai n'est pas une Indian Roadmaster à 100% puisqu'elle a été "Chieftainisée" pour moi. Je m'explique...

Suite à l'essai de l'Indian Springfield en début d'été, j'avais très envie d'essayer une Chieftain. Les 2 motos sont les mêmes bases, la différence résidant dans le fairing de la Chieftain qui inclut l'écran Ride Command et la sono. Je me dis qu'un peu de protection ça ne peut pas faire de mal, d'autant plus que j'ai des envie de petits road trips depuis quelques temps. Le concessionnaire de Rennes n'avait pas de Chieftain à l'essai, mais il disposait d'une Roadmaster Dark Horse équipée du moteur 116 ci. La Roadmaster, c'est comme une chieftain mais avec des protège-jambes, un Tour Pack et un pare brise plus haut. Le concessionnaire m'a donc proposé de mettre un pare-brise de Chieftain sur la Roadmaster (5 vis très accessibles) et de retirer le Tour Pack qui est à démontage rapide.

Indian Roadmaster Dark Horse 2020

Indian Roadmaster Dark Horse 2020 vue avant

Donc déjà, merci Indian Rennes pour l'effort car je voulais réellement tester la bulle de la Chieftain, ayant été particulièrement déçu par l'essai d'une Harley Street Glide et sa bulle non réglable dont l'arrête tombait pile poil devant mon champ de vision, et qui provoquait de grosses turbulences très désagréables.

Bref, au final me voilà donc au guidon d'une Roadmaster Chieftainisée, ou plus simplement d'une Chieftain qui dispose de protège-jambes !

Moteur

Le moteur est donc le 116 ci (qui en réalité fait 115 ci, soit 1890 cm3) qu'Indian annonce plus puissant et plus coupleux que le 111ci. Le bruit du ralenti est une tuerie, au point qu'on se demande comment ça peut passer l'homologation. Ni trop fort, ni trop aseptisé, ça fait vraiment du bruit et la sonorité de l'échappement est réellement présente et couvre bien les bruits mécaniques. Autant je trouve que ma Guzz fait pas mal de bruit, autant là on est encore un niveau au dessus. Les premiers mètres se font sans souci, je pensais que le poids du fairing se ferait ressentir, mais au final ça passe super bien par rapport à la Springfield. C'était aussi le cas sur la Street Glide d'ailleurs. Par contre j'imagine que le Tour Pack de la Roadmaster ajoute beaucoup de poids en hauteur et sur l'arrière, comme c'est le cas sur l'Ultra Limited que j'ai aussi eu l'occasion d'essayer et sur laquelle j'étais nettement moins à l'aise à cause du poids. Mais bon, dans le cas de la Chieftain on reste sur du raisonnable sans le Tour Pack, le centre de gravité qui reste bas aidant bien.

Moteur Indian Roadmaster Dark Horse 2020

Pour en revenir au moteur, la différence avec le 111 est bien réelle. Le 116 est plus nerveux et monte en tours rapidement. Difficile d'évaluer la différence de couple entre les deux sur les courts essais que j'ai réalisé, mais j'ai tout de même bien ressenti la différence de puissance. Clairement ça tire suffisamment sur les bras et c'est même assez surprenant pour une moto qui pèse 373 kg avec les pleins et qui délivre à vue de nez environ 90 chevaux. Il faut dire que la position aide bien à décupler les sensations moteur et c'est ça qui est bon.

Si le bruit est très présent au ralenti, il l'est beaucoup moins en vitesse de croisière, mais néanmoins les relances se font dans un bruit d'échappement qu'on entend bien claquer à l'arrière, c'est jouissif, et c'est homologué ! Clairement Indian a fait un gros travail sur la mélodie des échappements. C'est au dessus du M8 de chez Harley dont le bruit reste présent, mais moins mélodieux.

Confort et protection

La selle rogue est confortable et on arrive bien à se caler au fond. Associée aux amortisseurs typés touring, cette machine est clairement faite pour rouler toute la journée. C'est aussi le cas de la Springfield d'ailleurs, même si on s'en prend plus dans la tronche. Le pare-brise qui m'avait tellement déçu sur la Street Glide (turbulences faisant bouger le casque et le haut de la bulle dans le champ de vision) est ici nettement plus reposant. Après, tout dépend du gabarit de chacun. Pour ma part, je mesure 1m84 et même réglé au plus haut, je n'ai eu aucune gène visuelle. Car oui, ce pare-brise est réglable, et en plus électriquement contrairement à la Street Glide où il est totalement fixe. Le réglage sur la Chieftain et la Roadmaster et d'ailleurs bien foutu : au millimètre en jouant avec le bouton sur le commodo droit, ou alors directement tout en haut ou tout en bas si en appuie 2 fois en haut, ou deux fois en bas. La différence selon le réglage est flagrante et on positionnera le pare-brise en bas pour se prendre un peu d'air à basse vitesse, ou alors en haut pour être protégé quand ça commence à bien rouler.

Fairing Indian Roadmaster Dark Horse 2020

Attention toutefois, la chieftain reste un bagger et le pare-brise d'origine, est assez bas en soit, même réglé en position haute. Donc la protection n'est pas au top de ce que l'on peut trouver. La Roadmaster est par exemple fournie avec un pare-brise bien plus haut, et différentes options sont possibles pour la Chieftain. Si le pare-brise d'origine de la chieftain ne gène pas la vision, il provoque tout de même quelques nuisances sonores. On n'est pas au niveau des turbulences que j'avais rencontré sur la Street Glide : le casque ne bouge pas ici, mais des bruits aérodynamiques se font entendre dans le casque. Au final ça reste assez bruyant, et écouter la musique ne peut se faire qu'à vitesse modérée. Pour moi la musique n'a d'ailleurs que peu d'intérêt car je n'ai tout simplement pas envie que les autres en profitent (ou dit autrement : je n'ai pas envie de faire ch... le monde avec ça)
Pour éviter la fatigue liée aux turbulences sonores, pour moi ce sera bouchons d'oreilles obligatoires. J'en utilise déjà avec la Guzzi, des trucs spécial moto qui filtrent juste ce qu'il faut, et c'est vraiment agréable. Mais en y réfléchissant, je me demande si l'option par brise de hauteur intermédiaire proposée par Indian ne serait pas un plus. A tester !

Freins Indian Roadmaster Dark Horse 2020

Partie Cycle

Par grand chose à dire sur la partie cycle étant donné que j'ai fait essentiellement de la ligne droite. Toutefois les enchaînement dans les ronds-points se font facilement et la garde au sol est largement suffisante. En forçant un peu, il y a certainement de quoi frotter le marche pied évidemment, mais rien de gênant au quotidien. Je me rappelle encore du Softail Slim 103 qui frottait dans tous les ronds-points, c'était tout de même assez frustrant...

Pour conclure

Pour conclure, la Chieftain est une très belle machine, pour peu qu'on aime les baggers. La finition est un cran au dessus de celle d'Harley, mais la moto est également un peu plus chère qu'une Street Glide. La machine est imposante, longue, valorisante et attire les regards. Assis là dessus on est un peu le roi du monde, casé au fond de la selle bien basse et derrière ce fairing imposant et on sent qu'on peut enchaîner les kilomètres. Le bruit d'origine est envoutant, et la puissante est amplement suffisante. Dommage pour les turbulences sonores provoquées par le fairing et le pare-brise court. Je ne sais pas si un pare-brise plus haut peut corriger le souci, ce serait bien de pouvoir tester les différentes hauteurs.
Affichée à un peu plus de 30000 euros il faut faire un gros effort pour accéder à ce genre de machine. Mais sachez qu'en LOA, ça reste tout de même accessible. Finalement la Springfield qui ne dispose pas du fairing avec le Ride Command est affichée seulement 1700 euros de moins que la Chieftain. Je trouve donc le tarif de la Springfield trop élevé eu égard de son équipement nettement moindre.

Est ce que j'ai aimé la Chieftain ? Assurément oui ! Est-ce qu'elle est dans ma short list ? Oui, carrément ! La suite au prochain numéro pour savoir quelle sera l'élue :)

Quelques photos supplémentaires de la Roadmaster Dark Horse

Arrière Indian Roadmaster Dark Horse 2020

Selle Indian Roadmaster Dark Horse 2020

Réservoir Indian Roadmaster Dark Horse 2020

Ride Command Indian Roadmaster Dark Horse 2020

Logo réservoir Indian Roadmaster Dark Horse 2020

Valises Indian Roadmaster Dark Horse 2020