Essai Harley Fat Boy 114 2020

Lors du Freedom Tour, j'avais réservé un deuxième essai après le Road King Special. Un Fat Boy 114 que je n'avais jusqu'à présent vu qu'en photo. Ce modèle faisait clairement partie des prétendantes pour ma future acquisition alors autant vous dire que j'étais impatient de l'essayer.

Essai Harley Road King Special 2020

Le Freedom Tour est passé par Rennes et c'était l'occasion pour moi de tester le Road King Special, une moto concurrente directe de l'Indian Springfield essayée il y a 3 semaines. Les photos se limitent au minimum, n'ayant évidemment pas pu m'arrêter tout seul dans un coin de verdure pour photographier la belle sous tous les angles.

La Street Glide ma toujours fait de l'oeil dans la gamme Harley. Si je connais déjà son moteur pour l'avoir essayé dans d'autres modèles, j'ai toujours été piqué par la curiosité d'essayer ce modèle Touring typiquement américain.

Quel look ce Softail Slim ! Dans la plus pure tradition des Bobbers des années 40, je dois avouer que cette machine m'a réellement fait de l'oeil et fait partie des dernières prétendantes pour le choix de ma future. Je vous rassure, je vais tout de même tenter d'être objectif vis à vis de ce compte-rendu.

Me revoilà suite à l'essai de la Low Rider ! Cette fois c'est sur le Fat Boy que je pose mes fesses. Vous savez, la moto de Terminator 2 ! Mon objectif était de voir ce que donne en vrai une machine de la famille des Softail. Un Softail c'est quoi ? C'est tout d'abord au faux châssis rigide, avec des suspensions arrières habilement cachées sous la moto pour un look bien authentique, mais c'est aussi le moteur Harley équipé de balanciers d'équilibrage pour gommer une bonne partie des vibrations. Personnellement j'avais un peu peur de tomber dans un truc presque insipide à cause de ces balanciers, une Harley, faut que ça vibre quoi ! En fait je me suis trompé :-)

Dans l'optique de basculer dans le monde Harley, je suis parti essayer la fameuse Low Rider, nouveau modèle arrivé en cette année 2014, inspiré de celui des années 70. Je ne cherchais pas spécialement à tester ce modèle en particulier, je voulais surtout goûter à la famille des Dyna et des Softails pour bien comprendre leurs différences. Le Low Rider fait partie des Dyna, avec son moteur 103 disons "brut", contrairement au 103B qui équipe la famille des Softail, qui lui est équipé de balanciers d'équilibrage pour gommer une grosse partie des vibrations.

Après une balade cet aprem' en famille, la copine de mon père me tend les clefs de son joujou en me faisant : "Tu veux l'essayer?"

Allez zou, même par cette chaleur, ça ne se refuse pas. On enfourche l'engin. Ayant l'habitude du tracteur et de sa selle haute, là c'est comme si je m'asseyais sur un pouf. Putain que c'est bas, ça m'a fait bizarre de toucher les deux pieds à terre avec les genoux pliés (alors que d'ordinaire je ne touche que deux demies plantes).

Recommandations de Catherine : bon, les commodos, c'est comme chez BMW pour les clignos, la 1ère et la 2ème sont longues. Et ça tracte. A toi de jouer.

Au menu de cette matinée de révision sur mon XB12S un petit essai d’une HD XR1200. La machine m’intrigue déjà depuis un bon bout de temps : son coté racé, hors des standards actuels et son profil de sportster de course m’invitent à refuser une Buell 1125 en essai pour celle-ci.

La première aventure lorsqu’on n’a jamais essayé une HD, c’est de trouver le démarreur…