Après moult projets persos qui ont été prioritaires dans ma vie, me voilà dans une situation qui tend à se stabiliser, et c'est donc le moment pour moi d'envisager de nouveau de passer à la prochaine monture. Jusqu'à présent je visais Harley, et j'ai essayé pas mal de modèles de la marque. Mais Indian me fait de l'oeil également, du moins sur le papier. Ca faisait quelques temps que je me disais qu'il serait bien d'essayer histoire d'être sûr de ne pas passer à côté de quelque chose. Petit tour à la concession Indian de Rennes où une belle Springfield Dark Horse était dispo à l'essai.

Essai Indian Springfield Dark Horse 2019

Tour du propriétaire

La moto en question est un modèle 2019 équipé du moteur 111 ci, soit 1811 cc. A noter que pour 2020, la Springfield Dark Horse est équipée du 116 ci, un poil plus gros donc, mais aussi plus puissant et plus coupleux. Mais d'autres changements sont apportés (selle et guidon entre autres). Le 111 ci reste toutefois disponible encore quelques temps au catalogue, notamment dans la Springfield dite "Standard". Le modèle essayé est donc une série Dark Horse qui est un niveau de finition que l'on retrouve sur plusieurs modèles de la marque. Les Dark Horse reçoivent de nombreux éléments peints en noir à la place du chrome et la peinture carrosserie est mate.

Celle que j'essaie aujourd'hui dispose d'un coloris blanc mat. Alors autant sur papier je ne trouvais pas ça hyper harmonieux avec le fort contraste entre les pièces peintes en noire et la carrosserie blanche, autant en réalité j'ai trouvé que ça rendait très bien. Donc dans le doute allez la voir en vrai ! En tout cas la moto est très bien finie, on ne voit pas grand chose qui dépasse et le seul truc que j'ai relevé, c'est le faisceau électrique apparent au niveau du régulateur de tension, situé en bas du moteur, sur l'avant. Rien de bien choquant néanmoins, la moto étant d'une manière générale très bien finie et le moteur étant parfaitement mis en valeur sans durit et autres raccords disgracieux qui viennent gâcher la vue. Clairement c'est bien fait, et de toute façon vu la gamme de prix on ne peut que s'attendre à ce niveau de qualité.

Moteur Indian Springfield Dark Horse 2019

Equipement Indian Springfield

Je passe rapidement sur l'équipement, le but de l'essai c'était avant tout le comportement général de la moto. Au niveau des aides à la conduite, on trouve évidement l'ABS obligatoire, 3 modes de conduite (touring, standard ou sport) qui vont agir essentiellement sur la réponse des gaz et un régulateur de vitesse. Certains diront qu'il manque un contrôle de traction, perso je m'en passe volontiers. On notera également le contrôle de la pression des pneus, le démarrage sans clé, l'alarme ou encore le verrouillage des valises à distance. Le compteur, s'il affiche un beau cadran a aiguille a une petite fenêtre digitale qui n'est pas spécialement esthétique à mon sens. Les infos sont les bienvenues et sont nombreuses, mais je trouve l'écran à cristaux liquide un peu cheap. Les derniers modèles de chez Harley sont un cran au dessus niveau présentation je trouve. Néanmoins il est complet : régime moteur, rapport engagé, température ambiante jauge de carburant, 2 trips, vitesse moyenne, etc, etc. Alors certes on n'est pas sur un écran TFT ultra moderne et connecté, mais ce compteur colle bien avec l'esprit de la machine. J'espère tout de même que dans un avenir proche les constructeurs sauront nous proposer une instrumentation d'apparence classique mais qui intègre des fonctionnalités modernes. Triumph s'en approche un peu d'ailleurs avec la dernière Rocket 3.

Compteur Indian Springfield Dark Horse 2019

Un truc que je n'ai pas trop aimé, c'est l'absence de double sélecteur (dispo en option) ou encore le phare classique, sans LED. On est quand même sur une machine qui se rapproche des 30.000 euros clés en main et Indian aurait pu faire une petite mise à jour pour se mettre à niveau sur certains équipements.

Sur la route

Première bonne surprise au démarrage : le bruit d'origine est caverneux et un peu claquant, comme tout bon gros twin qui se respecte. Je trouve déjà que la Guzzi fait un beau bruit, l'Indian est encore au dessus et j'ai même cru que c'était des silencieux adaptables. Mais non la moto est bel et bien stock et c'est un régal pour les oreilles, ni trop bruyant, ni trop discret. La moto fait 358 kg avec les pleins, l'empattement est plutôt long, alors forcément lors des manoeuvres à l'arrêt on reste humble et on prend son temps. Toutefois la moto est basse, ça facilite les choses. La prise en main est même plutôt facile dès les premiers tours de roue. Dans les petits rond point où autres manoeuvres à basse vitesse qui nécessitent de bien faire tourner la moto, c'est pas ce qui est le plus intuitif lorsqu'on vient d'une machine avec une ergonomie totalement différente. Mais c'est simplement un coup à prendre et au final la prise en main est plutôt aisée. 

Indian Springfield Dark Horse 2019 vue profil arrière

Ayant adoré le moteur Harley pour ses reprises à très bas régime, j'étais curieux de connaître le comportement du moteur Indian car c'est clairement un des aspects qui va guider mon future achat. Le moteur Indian est équipé de 2 soupapes par cylindres, ce qui en théorie favorise les bas régimes comme j'aime. Tout comme le Twin Cam Harley en 103 ci que j'avais essayé, ça reprend sans broncher dès 1500 tours. Un régal ! Enrouler sur le gros couple et mettre du gaz dès les plus bas régimes c'est un plaisir que peu de moteurs offrent aujourd'hui sur le marché. La sensation est clairement énorme et c'est là qu'on voit qu'on peut avoir de très bonnes sensations en roulant à des vitesses raisonnables. C'est aussi pour ça que je m'oriente aujourd'hui vers ce type de machine : beaucoup de plaisir sans avoir à rouler vite. Et je dis ça avec un certain recul car j'ai aussi possédé des motos très sportives. Du coup je suis curieux de comparé ce moteur avec les dernières productions Harley et leur moteur M8 qui est passé à 4 soupapes par cylindres. Ca tombe bien j'ai un essai du Fat Boy 114 programmé à la fin du mois !

Mais ces sensations à basse vitesse ne sont pas que du fait du moteur, la position y est aussi pour beaucoup. Etre assis comme au fond d'un canapé, avec les jambes légèrement en avant et le couple qui tire sur les bras, clairement ça décuple les sensations, par opposé à une moto où le corps est engagé sur l'avant et les jambes sont repliées. Certes ça aide au pilotage incisif, mais ça gomme aussi la notion de vitesse. Bon chacun son truc bien sûr, pour ma part après avoir goûté pas mal de trucs, je suis quand même bien content d'avoir découvert ce type de machine sur lesquels j'avais du mal à me voir quelques années auparavant. 

Selle Indian Springfield Dark Horse 2019

Côté châssis mon parcours s'est limité à des routes plus ou moins droites avec un revêtement pas terrible, mais j'ai quand même pu profiter de 2 ou 3 virolos. C'est clairement une moto confortable et les suspensions font très bien leur job vu la route un peu pourrie que j'ai pris. On n'est pas secoué, mais malgré tout on sent quand même les aspérités du bitume, ce qui est un bon point pour la remontée d'infos dans le guidon. Dans les virages, la moto se balance facilement et on enchaîne sans avoir à jouer de la boîte entre deux. Tout sur le gras du couple je vous dit ! D'ailleurs en parlant de la boite, pas grand chose à en dire, elle est discrète et verrouille bien. On prendra juste soin de bien décomposer le mouvement et ne pas passer les rapports comme un bourrin, un peu comme sur la Guzz d'ailleurs. La garde au sol est bien plus haute que chez Harley, du coup ça ne frotte pas, où en tout cas je n'ai pas du tout été limité comme j'ai pu l'être avec le Slim ou le Fat Boy. C'est pas spécialement dans l'esprit de prendre un angle de ouf avec ce genre de machine, mais c'est quand même sécurisant de savoir qu'on peut prend pas mal d'angle sur un virage pris un peu trop vite. 

Un dernier mot concernant le freinage : j'ai trouvé le levier un poil mou par rapport à la Guzzi, mais néanmoins la puissance y est et surtout sur ce genre de moto, il faut utiliser le frein arrière afin de bien asseoir la machine, et compléter par le frein avant pour un freinage en puissance. C'est une habitude à prendre quand on a l'habitude de faire des freinages appuyés sur l'avant sur des motos plus légères, mais comme pour tout, on s'y fait vite.

Verdict

Est ce que je pourrais acheter cette moto ? Assurément oui, elle est en short list pour la suivante. Finition au top, confortable, encore plus exotique qu'une Harley, le moteur est un monument et le bruit est envoûtant. Par contre on est sur une moto chère, très chère et même si ça tient très bien la côte, ça reste plus difficile à revendre qu'une Harley.

Bon, il n'est pas exclu que je craque tout de même, on va voir la proposition que me fera la concessionnaire, le changement étant prévu pour dans quelques semaines.

Merci à Breizh Riders, concessionnaire officiel Indian à Rennes pour l'essai, et pour l'accueil irréprochable. On sent que la passion est là et vous risquez de me revoir prochainement !

Photos Indian Springfield Dark Horse 2019

Valises Indian Springfield Dark Horse 2019

Arrière Indian Springfield Dark Horse 2019

Indian Springfield Dark Horse 2019

Freinage Indian Springfield Dark Horse 2019

Réservoir Indian Springfield Dark Horse 2019

Poste de pilotage Indian Springfield Dark Horse 2019

Filtre à air Indian Springfield Dark Horse 2019