Nouvelle R1 2015 : toujours plus loin

Le salon EICMA 2014 est un bon cru pour les hypersportives grosses cylindrées: nouvelle R1, Kawasaki H2, Honda RC213V-S ou encore Ducati 1299 Panigale, la plupart des constructeurs se tirent la bourre pour proposer de vraies vitrines technologiques... mis à part Suzuki qui ne fait toujours pas évoluer son vieux GSXR. Dans ce billet, c'est la R1 qui est à l'honneur et on sent clairement l'envie du constructeur de faire une MotoGP de route.

Yamaha R1 2015 vue avant droit

 

Ceci se traduit par l'esthétique de la face avant, très épurée, où les phares auraient été comme été rajoutés au dernier moment pour homologuer une machine de piste. Ce coté épuré est accentué par les clignotants intégrés dans les rétros, ce qui à mon sens devrait être généralisé sur ce type de machine. Autre particularité esthétique, la coque arrière ajourée, évoquant une sorte d'aileron aérodynamique, et les carénages latéraux toujours plus petits, laissant entrevoir les entrailles de la bête. Les jantes en magnésium, bleues renforcent le look général. Moi qui ne suis plus un adepte des sportives, je la trouve tout de même réussie et avec une certaine personnalité, ça change des roadsters mid-size asiatiques qui se ressemblent tous. Le truc qui fâche tout de même, c'est se bout de plastique qui recouvre la partie avant du réservoir. Je trouvais déjà ça moche sur les GSX-R, ça l'est tout autant ici et j'ai du mal à comprendre pourquoi le constructeur n'est pas capable d'intégrer ça proprement plutôt que de nous coller ça façon pièce tuning vaguement adaptable.

Réservoir Yamaha R1 2015

Coté partie cycle, l'aluminium et le magnésium sont de mise : cadre, bras oscillant et réservoir sont par exemple en aluminium, tandis que la boucle arrière et les jantes profitent du magnésium. Résultat, on gagne 7 kg par rapport au millésime précédent et on obtient un moto de seulement 199 kg tous pleins faits (179 kg à sec).

Yamaha R1 2015 vue de gauche

Coté moteur, je vais vous épargner les détails techniques que moi-même je ne maîtrise pas. Toutefois sachez que l'on est toujours face au 4 cylindres à calage Cross Plane, celui-ci atteignant désormais 200 chevaux grâce à de multiples améliorations. Il est à noté que cette puissance est mesurée dans l'apport de la prise d'air forcé à haute vitesse, donc 200 vrais chevaux à lui tout seul. L'électronique de cette Yamaha R1 est bien évidemment de mise avec l'arrivée de nouvelles technos. En effet, en plus des désormais presque classiques traction control et autres réglages de la cartographie, nous avons un Slide Control System (pour limiter les glissades sur l'angle), un anti-wheeling, et même un Launch Control (assistance au départ arrêté). Les suspensions sont réglables électroniquement, la boite de vitesses dispose d'un shifter, et le freinage ABS est intégral, la répartition entre l'avant et l'arrière étant calculée par l'unité centrale.

Yamaha R1 2015 vue de face

Toujours  coté électronique, un capteur à 6 axes mesure les mouvement dans tous les sens (cabrage, roulis, tangage, glisse, angle, etc.). Pour l'instant on ne sait pas grand chose de la date de disponibilité ou du tarif, mais on se doute que cette version de base (oui une version M avec encore plus d'équipement est prévue) ne devrait pas être loin des 20.000 euros.

Yamaha R1 2015 tableau de bord

Yamaha R1 2015 coque arrière

Yamaha R1 2015 en action

Yamaha R1 2015 wheeling

Yamaha R1 2015 sur l'angle

Yamaha R1 2015 déhanchement

Yamaha R1 2015 sur piste

Photos : Yamaha