Suite à l'article où j'explique que je suis devenu un vieux con, les choses se confirment puisque j'ai finalement décidé d'arrêter la moto. En effet depuis quelques jours, je roule en gros cruiser américain, en bagger plus précisément ! Je taquine, évidemment ça reste une moto, même si certains semblent penser le contraire, bien souvent ceux qui n'ont jamais essayé ce genre de brelon ;-)

Indian Chieftain Dark Horse 2020 - vue avant

Bref, ça faisait 12 ans que je roulais avec ma Guzzi, achetée neuve en 2008. J'ai parcouru 70.000 km avec et c'est la première moto que j'ai gardé aussi longtemps. En 2014, j'ai fait le premier essai d'une grosse Harley. Puis j'en ai rapidement essayé d'autres, et ça a été le déclic. Depuis, je parlais régulièrement de mon envie de passer chez Harley dans mes différents articles. Le problème, c'est que ce genre de machine coûte réellement une blinde et que financièrement parlant, ben j'avais d'autres priorités. Toutefois passer sur ce genre de machine n'était pas un rêve pour moi, mais bel et bien un projet à concrétiser.

Je vous invite à lire les différent essais Harley Davidson sur ce site pour savoir ce qui m'a fait chavirer vers ces motos de vieux. Je dis motos de vieux, mais en réalité ce n'est pas le cas. Si vous aimez les sensations old school, les sensations à basse vitesse, le gros couple bien gras, les motos qui nécessitent un peu d'expérience pour les emmener correctement, plutôt que des motos strictement efficaces au point d'être trop faciles, frustrantes, voire ennuyeuses parfois, eh bien vous comprendrez vite l'intérêt de ces pachydermes de pas loin de 400 kg avec un moteur plus gros que celui de la plupart des voitures. J'éprouvais déjà ces sensations avec la Guzzi, sur un gros cruiser américain, c'est encore décuplé, le tout dans un confort qui incite à rouler loin.

Moteur Indian 116 ci

Alors oui, c'est pas fait pour attaquer, ça frotte si on la titille, c'est lourd à manoeuvrer, mais en contrepartie, ça tire sur les bras au point qu'il faut faire gaffe à pas perdre l'arrière, la position de conduite décuple les sensations, on prend un plaisir fou à partir en 6eme dès 1500 tours dans un râle bien gras. Et je vous le dis, le bruit d'origine est largement suffisant. Les Harleyistes qui montes des Vance & Hines full barouf, certes je peux comprendre que ça fait un beau bruit, mais il faut aussi se dire que ça fait chier tout le monde autour, et que ça devient pénible à conduire au bout d'une heure (c'est pas en écrivant ce genre de truc que je vais me faire des amis moi, mais je vous l'ai déjà dit : je suis devenu un vieux con !). La mienne est homologuée à 96 dB sur la carte grise, c'est LARGEMENT suffisant pour régaler les oreilles. La Guzz homologuée à 93 dB faisait déjà peur aux vieilles dames. Oui si vous venez d'une moto équipée full barouf qui fait mal au crâne, ça vous paraîtra aphone évidemment, mais à un moment il faut relativiser et redescendre un peu le curseur. Je dit ça car j'en ai eu aussi des motos full barouf, et croyez moi, quand on reprend l'habitude d'un son un peu plus retenu, mais néanmoins travaillé, ben le plaisir auditif est bel et bien là. Evidemment, difficile de se satisfaire du bruit d'origine d'une BM, mais que voulez vous, la conception du Boxer est comme elle est, le bruit ne sera jamais foufou. En revanche, le bruit d'un gros twin Harley ou Indian d'origine, est réellement satisfaisant d'origine et à la limite, changer les silencieux pour un truc un peu plus sonore mais néanmoins respectueux pour les autres, je ne le ferai pas, mais je valide !

Assez blablaté, vous l'avez vu sur les photos, mon choix s'est porté sur une Indian Chieftain Dark Horse avec le moteur 116. Je fais des allusions Harley par-ci, Harley par là depuis des années sur Moto-Addict, et vla ti pas, que je choisis une Indian ! Pour tout vous dire, mon choix était acté depuis longtemps, j'étais quasi persuadé de partir sur une Harley Fat Boy 114 ci. Je lorgnais même sur les occases relativement récentes avec la génération précédente en 103 ci. Mais même d'occase ça reste cher ces bêtes là. Et puis ces derniers mois, sentant que j'allais bientôt pouvoir m'offrir la moto de mes rêves, je me suis dis qu'il fallait que j'essaie une Indian histoire de ne pas passer à côté de quelque chose. J'ai donc essayé une Indian Springfield Dark Horse en juin dernier, ce qui a chamboulé tous mes plans !

Indian Chieftain Dark Horse 2020 - vue arrière

D'une part, je me suis senti plus à l'aise sur l'Indian, les Harley me semblant être plus adaptée aux petits gabarits. Et puis j'ai apprécié la finition supérieure, et le côté onctueux du moteur. Ceci associé à des petits détails comme l'accueil du concessionnaire, ou encore la communauté Harley un peu trop typée, voire sectaire. Je ne fais pas de généralités là dessus évidemment et je serais ravi de rouler avec des Harleyistes sympas, mais il n'empêche que j'ai souvent croisé nombre de Harleyistes un poil extrémistes, c'est vraiment dommage et c'est certainement un vrai problème pour la marque qui essaie tant bien que mal de se renouveler. Peu importe, il ne faut pas forcément choisir une moto pour ce qu'il y a autour, mais j'avoue que la balance a penché du côté de chez Indian pour ce type de détail. Car Indian ou Harley, tous deux font d'excellentes machines.

Me voilà donc propriétaire d'une Chieftain qui arrive doucement en fin de rodage. Je rédigerai un essai complet quand je l'aurai bien en main et que j'aurai cerné tous ses défauts et qualités. En tout cas je suis fier d'avoir pu faire aboutir ce projet, signe que plein de choses ont pu se concrétiser en amont côté perso et pro !

Roue 19

Tableau de bord Indian Chieftain Dark Horse 2020

Valises Indian Chieftain Dark Horse 2020

Moteur Indian Chieftain Dark Horse 2020